mardi 21 mai 2013

Dessine moi, ou mieux encore : montre moi (les obstacles pour se figurer) un quanton!

Peut-on voir la fonction d'onde d'un atome d'hydrogène?
Le toujours intéressant et actif blog Physics and Physicists nous informait hier de la publication récente de recherches sur la visualisation de la structure nodale des orbitales électroniques d'un atome d'hydrogène par des techniques de microscopie de photoionisation sous champ électrique. 


Le microscope à photoionisation permet l'observation directe d'une orbitale électronique d'un atome d'hydrogène. L'atome est placé dans un champ électrique E et excité par des impulsions laser (en bleu). L'électron ionisé peut s'échapper de l'atome le long de trajectoires directes et indirectes par rapport au détecteur (montré à l'extrême droite). La différence de phase entre ces trajectoires conduit à une figure d'interférence qui est agrandie par une lentille électrostatique (lens : au centre). 


Peut-on se représenter la difficulté à concevoir la dualité onde-particule?
Il est intéressant de noter que dans la légende du schéma de cette belle expérience de physique on parle à la fois de trajectoire et de phase pour décrire la dynamique de l'électron. En mécanique classique ces deux mots clés appartiennent à des champs théoriques distincts :  la notion de trajectoire se rattache à la description du mouvement d'une particule tandis que celle de phase est utilisé pour décrit l'état vibratoire d'une onde. En mécanique quantique l'usage, hérité des pères fondateurs comme Bohr et de Broglie, veut que l'électron soit décrit dans les termes d'un dualisme subtil entre onde et particule. Ainsi peut-on, comme l'indique bien le schéma, voir le seul et unique électron autour du noyau d'hydrogène positif (représenté par un point central) se manifester à travers  un phénomène typiquement ondulatoire : une figure d'interférence avec ses multiples franges circulaires claires et sombres ...

Ce dualisme onde-particule, s'il est pratique à employer pour une exposition simple des phénomènes quantiques, soulève cependant des paradoxes que d'aucuns pointent comme le signe de l'existence de problèmes de cohérence internes à la théorie quantique. Dans ce contexte le physicien et philosophe Mario Bunge défendait l'idée que les objets quantiques sont des entités sans équivalent classique. Il proposa donc en 1967 de leur donner un nom générique : celui de "quanton". Cette terminologie a été particulièrement défendue et popularisée en France par Jean Marc Lévy-leblond (et reprise aussi outre-Atlantique par Richard Feynman).  Le blogueur a trouvé récemment dans ses recherches sur la toile un passionnant article de Lévy-Leblond, en voici un extrait qui illustre exactement la problématique qui nous intéresse ici :

... quantons have something to do with waves and particles. But it is not that they appear either as waves, or as particles: as a matter of fact, most of the times they just appear for what they are, deserving a full quantum treatment, and not lending themselves to a classical wave or par­ticle description. It is true, yet, that in some specific circumstances, there are valid wave or particle approximations (necessarily exclusive). The condition  for the validity of these approximations, although empirically more or less well-known, are not, to my knowledge, theoretically under control. It is an interesting problem, I think, to be solved, and one which should deepen our understanding of the quantum concepts as such ... Let me only note that bosons may obey either a wave, or a particle approximation; electromagnetic fields propagate as waves, and photons sometimes may be treated as classical particles. But fermions do not seem have a classical wave description with any physical domain of approxi­mate validity. And it is not clear whether the wave approximation for bosons require or not a zero invariant mass (compare the cases of photons and pions). These last brief remarks are just intended to show how inadequate the idea of a universal wave-particle duality, and how its very generality prevents one from dealing with concrete physical problems, namely study­ the validity of the classical wave and particle approximations. To sum up, the "wave-particle duality" is no more correct a way to analyze a quanton, than a "rectangle-circle duality" would be to analyze a cylinder ; it is even worse, since the two partial aspects may hardly fit in the same pic­ture with some consistency [fig. below]. 
... les quantons ont quelque chose à voir avec les ondes et les particules. Mais ce n'est pas qu'ils apparaissent soit comme des ondes, soit comme des particules : en fait, la plupart du temps ils se manifestent juste pour ce qu'ils sont, et cette manifestation réclame un traitement complètement quantique, et ne se prête pas à une description en termes classiques d'ondes ou de corpuscules. Il est vrai cependant que dans certaines circonstances spécifiques, il y a une approximation ondulatoire ou corpusculaire valable (mais nécessairement exclusives l'une de l'autre). Les conditions de validité de ces approximations, empiriquement plus ou moins bien connues, ne sont pas, à ma connaissance, théoriquement contrôlées. C'est un problème intéressant, je pense, à résoudre et qui devrait permettre d'approfondir notre compréhension des concepts quantiques ... Permettez-moi seulement de remarquer que les bosons obéissent à une approximation qui est soit ondulatoire soit particulaire, les champs électromagnétiques se propagent comme des ondes et les photons peuvent parfois être traités comme des particules classiques. Mais les fermions ne semblent pas avoir de quelconque description en terme d'ondes classiques susceptible d'avoir un domaine physique d'approximation valide. Et la question de savoir si l'approximation ondulatoire pour les bosons nécessite ou non une masse invariante nulle n'est pas tranchée semble-t-il (comparer les cas de photons et des pions). Ces dernières et brèves remarques sont simplement destinées à montrer dans quelle mesure l'idée d'une dualité onde-particule universelle est inadéquate et comment sa généralité même empêche de faire face aux problèmes physiques concrets, à savoir étudier les conditions de validité des approximations classiques ondulatoires et corpusculaires. Pour résumer, la "dualité onde-particule" n'est pas une façon plus correcte pour analyser un quanton, qu'une "dualité rectangle cercle" le serait  pour analyser un cylindre, c'est même encore pire dans la mesure où les deux aspects partiels peuvent difficilement s'adapter dans la même image pour former un tout cohérent [voir illustration ci-dessous].
Jean-Marc Lévy Leblond, Towards a Proper Quantum Theory, 1976 

The wave-particle" duality". Although partial views of this figure may be interpreted as two-dimensional projections of three-dimensional bodies, the full figure is but a two-dimensional one, without such an inter­pretation.
Illustration de la problématique de la "dualité" onde-corpuscule. Bien que des vues partielles de la figure ci-dessus puissent être interprétées comme projections bidimensionnelles d'objets à trois dimensions, la figure vue globalement ne peut pas être interprétée comme un objet tridimensionnel réel mais seulement comme  comme un objet à deux dimensions.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Cher-ère lecteur-trice, le blogueur espère que ce billet vous a sinon interessé-e du moins interpellé-e donc, si le coeur vous en dit, osez partager avec les autres internautes comme moi vos commentaires éclairés !
Dear reader, the blogger hopes you have been interested by his post or have noticed something (ir)relevant, then if you are in the mood, do not hesitate to share with other internauts like me your enlightened opinion !